Réparer, relever avec l’apôtre Matthias

« Et le sort tomba sur Matthias, qui fut mis au nombre des douze apôtres » (Actes des Apôtres 1:26)
L’Eglise fête aujourd’hui l’homme qui remplaça Judas dans le collège apostolique. Tiré au sort après que Pierre, « se levant au milieu de ses frères, qui étaient rassemblés au nombre d’environ cent vingt »  et résumant en quelques mots la trahison de Judas, puis la mort que celui-ci s’était infligé, eut proclamé : « il est écrit au livre des Psaumes : Que son domaine devienne un désert, et que personne n’y habite, et encore : Que sa charge passe à un autre. 
Voici donc ce qu’il faut faire : il y a des hommes qui nous ont accompagnés durant tout le temps où le Seigneur Jésus a vécu parmi nous, 
depuis son baptême par Jean jusqu’au jour où il nous a été enlevé. Il faut donc que l’un d’entre eux devienne avec nous témoin de sa résurrection. » (Ac 1:20-22)

L’apôtre Matthias – ici sur l’un des piliers de la Basilique Sainte Thérèse, à Lisieux –, n’est pas toujours représenté parmi les Douze, certaines églises lui préférant l’apôtre Paul. Photo DS/SC

Le sort… En l’occurrence c’est du Saint-Esprit qu’il s’agit. C’est lui qui « parle » dans cette assemblée des disciples qui ont connu Jésus-Christ. Des deux candidats retenus par cette première Eglise, ces cent vingt personnes, c’est Matthias que désigne le Saint-Esprit. Jésus avait choisi les Douze. L’un d’eux a fait défaut. Le Saint-Esprit complète. Ce saint Matthias, nous le fêtons aujourd’hui, 14 mai.

Jour bien choisi puisqu’il s’inscrit dans un temps où les chrétiens font Eglise après la Résurrection du Christ, dans l’attente de l’Esprit Saint, cette onction divine qui révèle au disciple sa mission et le met en marche.

Saint Matthias, me semble-t-il, intercède particulièrement en notre faveur pour nous révéler notre vocation dans l’Eglise.

Intervint-il pour deux des plus grands saints de l’Eglise catholique ? Je pense à saint François d’Assise et à saint Jean de la Croix. L’un et l’autre vécurent un moment décisif de leur engagement en la fête de l’apôtre Matthias, alors célébrée le 24 février.

24 février 1208 : François d’Assise, depuis l’été 1206, « répare » l’Eglise, en réponse à une demande que lui a faite le Christ (1). Humblement, il a commencé la restauration de la chapelle de la Portioncule. Arrive le 24 février 1208. Assistant à la messe, François entend l’évangile de Matthieu sur l’envoi des apôtres deux par deux. Cette parole produit en lui d’abondantes lumières. Dès la fin de la célébration, il s’écrie : « Voilà ce que je veux, voilà ce que je cherche, voilà ce que je brûle d’accomplir ! » (1C 22).
Il vient de découvrir concrètement à quoi il est appelé : une vocation à l’itinérance évangélique, ponctuée de longs temps de retraite en ermitage. Quelque temps après, il est rejoint par ses premiers frères pour qui il écrit une courte règle de vie, approuvée dès 2009 par le pape.

Frappant : François a compris ce jour-là – retenu par l’ordre franciscain comme celui de sa « conversion » – comment il devait « réparer » l’Eglise. En devenant, dans l’époque qui est la sienne, l’apôtre manquant à cette Eglise.

24 février 1563 : Jean de Yepes (futur Jean de la Croix) entre ce jour là chez les frères carmes de Medina del Campo, où il va revêtir l’habit sous le nom de Jean de Saint-Matthias. Il deviendra plus tard Jean de la Croix. Simplicité évangélique des noms, qui résument à eux seuls une destinée. Le baptisé, né un 24 juin (fête de saint Jean Baptiste), répond donc au nom de Jean. Devenu religieux carme, il complète avec le nom du douzième apôtre, qui lui rappelle ce jour décisif de son engagement.

Essentiel : ce choix d’entrer au carmel a mûri après cette parole intérieure que Jean a reçu du Christ dans la prière : « Tu entreras dans un ordre religieux, dont tu relèveras la ferveur primitive. » Jean, comme François, reçoit une mission de réparation et de relèvement, qui deviendra parfaitement claire après sa rencontre avec Thérèse d’Avila. Dans ce sillage, il ira plus loin encore à la rencontre du Christ, et de sa Croix.
Enfin, clin d’œil, le nom de cette ville où commence sa vie religieuse : Medina del Campo. La médina, partie ancienne d’une ville, bref celle qu’il faut restaurer et rafraichir, d’autant plus si elle abrite le « souk » (dans cette province d’Espagne marquée par l’islam). Campo : le champ (de l’Eglise) qu’il doit labourer. Jean de Saint-Matthias est prêt pour ce retour aux sources que va être la réforme du carmel.

Saint Matthias, priez pour nous !

  • (1)   Dans la petite église délabrée de Saint-Damien, où il prie avec insistance en 1205, François demande au Seigneur la lumière. A l’automne 1205, l’image du grand crucifix qui remplit l’abside s’anime et lui répond : « François, regarde mon Eglise qui tombe en ruine ; va et répare-la, par amour pour moi ». A l’été 1206, il adopte l’habit des ermites et commence à réparer plusieurs églises d’Assise, notamment la chapelle de la Portioncule.

Ma prière à saint Matthias, apôtre

« Saint Matthias, apôtre, il fallait que Judas, qui avait failli, soit remplacé et c’est toi que le Seigneur a appelé.
Aux côtés de tes frères les apôtres, avec toi témoins de la Résurrection de Jésus-Christ, tu as proclamé la Bonne Nouvelle, réparant ce qui devait l’être, relevant ce qui était tombé.
Par ton intercession, accorde-nous la grâce de vivre si bien de l’amour du Père et du Fils que nous puissions accueillir avec paix et joie, dans l’Esprit Saint, notre vocation au service du Christ et de son Eglise. Amen. »

Un lien pour la vie de saint Matthias : http://missel.free.fr/Sanctoral/05/14.php

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s