Liberté de conscience !

Lumière et ténèbres… Qu’on me pardonne de revenir en cette fête de la Transfiguration sur les ténèbres où s’enfonce notre douce France…

Ainsi, j’ai souvent pensé, ces derniers mois, à cette date symbolique du 21 novembre, si riche de sens pour un catholique. C’est celle de la fête annuelle de la Présentation de la Vierge Marie au Temple. C’est aussi, pour les moines et moniales s’unissant à la vocation de leur Mère du Ciel, la fête de la vie consacrée. Devrions-nous en faire également une date symbolique de la défense de la liberté de conscience ?

presentation-de-Marie-La-Roche-du-Theil

Je m’explique. Nous nous souvenons, chaque 21 novembre, qu’une pure hostie fut offerte à Notre Seigneur, selon la tradition de l’Eglise : celle de la conscience droite et libre de la jeune Marie, libre de se mouvoir auprès de Dieu en se consacrant à Lui. Et tandis que l’enfant Marie lui était présentée, Dieu poursuivait en elle l’oeuvre de la grâce commencée dès sa conception immaculée.

Or le 21 novembre dernier fut marqué par un événement que nous pouvons considérer, dans la foi qui est la nôtre, comme une singerie maligne et en quelque sorte une profanation de cette fête mariale.

Le 21 novembre 2012, en effet, dans le « temple » du pouvoir républicain, le palais de l’Elysée, le chef de l’Etat s’est incliné devant les plus ardents partisans du mariage et de l’adoption pour les couples homosexuels, faisant allégeance à leur doctrine perverse ; le président de la République a promis ce jour-là aux représentants des associations homosexuelles (dites « LGBT ») que les consciences françaises seraient liées et contraintes par la loi en préparation sur le mariage (la veille, 20 novembre 2012, il reconnaissait devant l’Association des maires de France l’existence d’une liberté de conscience pour les élus locaux au sujet de la célébration de mariages entre personnes homosexuelles ; mais il se renia le 21).

Devant ce qui fut donc une présentation de l’impureté au « temple », puisqu’assortie d’une promesse de viol légal des consciences, pensons d’abord aux ravages à venir dans la conscience de chaque enfant se voyant imposer deux parents de même sexe. Devant cette « présentation de l’impur » au président de la République, prions pour celles et ceux, filles et garçons, qui seront abaissés et abîmés par l’horizon familial mensonger où leur vie s’inscrira en vertu d’une législation scélérate. Et pensons encore et toujours, au-delà de ces enfants, à l’ensemble des consciences françaises blessées par l’application de cette loi, à commencer par celles des élus chargés de célébrer des mariages homosexuels.

De l’Elysée à l’Assemblée nationale, la loi instituant le mariage et l’adoption pour les personnes de même sexe a été finalement votée, solennellement, le 23 avril 2013… en la fête de saint Georges, patron du nouveau pape (ce saint Georges qui délivra au IVe siècle une cité de Lybie du « dragon » qui exigeait de ses habitants un tribut quotidien, avec l’holocauste de jeunes gens dont le monstre se nourrissait). Un bien vilain présent déposé aux pieds d’un homme de Dieu qui n’a jamais mâché ses mots, alors qu’il n’était encore que le cardinal Jorge-Marie Bergoglio, lorsqu’il s’agissait de condamner la législation analogue mise en œuvre en Argentine (lire la lettre qu’il adressa à ce sujet, en 2010, aux soeurs carmélites de son diocèse de Buenos-Aires).

Comme le 21 novembre précédent, cette fête de saint Georges a donc aussi fait signe, en termes de « profanation », puisque ce fut le jour où la loi instituant le mariage des homosexuels était adoptée. Ce 23 avril 2013, en écho au récit allégorique de saint Georges combattant le démon, le Malin persistait et signait avec cette « movida du père du mensonge », selon l’expression du cardinal Bergoglio, avec cette loi promettant de dévorer les jeunes consciences, ainsi livrées au « Dragon » dévoyant notre juste vision de la famille, de la société et des relations humaines.

Prière pour le respect de la liberté de conscience

Seigneur Jésus-Christ, unis à Marie immaculée, et avec les nombreux Français et fidèles chrétiens meurtris par la loi instituant le mariage et l’adoption pour des couples homosexuels, nous te prions pour tous ceux qui seront persécutés à cause cette législation, à commencer par les maires et les élus locaux. Accueille notre prière pour qu’il persévèrent dans le témoignage de leur conscience droite et dans l’action de grâce pour ton amour indéfectible envers l’humanité entière. Soutiens aussi notre engagement et nos initiatives pour que les législations qui interdisent à des citoyens de pratiquer, d’annoncer ou d’embrasser la foi chrétienne soient abolies comme contraires aux droits fondamentaux de l’homme et à la liberté de conscience.

(Prière inspirée des intentions d’un groupe de prière « Notre-Dame de la liberté de conscience », rencontré sur le Net).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s